Sponsoriser une association à l'aide d'une pétition

Publié le par Laura

Un voyage en banlieue m'a permis de découvrir une nouvelle façon de mendier, à la limite de l'arnaque.

Un dimanche matin en banlieue parisienne, dans un Transilien SNCF. Les voyageurs sont peu nombreux. Ils sont calmes, lisent, plutôt bien habillés. Je suis dans la banlieue ouest, non loin de mon enfance...

Gare de Saint-Cloud. Une jeune fille monte, une chemise cartonnée à la main.  Une ado habillée de façon neutre. Seul son teint mat et ses yeux sombres peuvent mettre la puce à l'oreille des habitués de la mendicité transilienne. Et encore, ceci est du délit de faciès.

Les portes se ferment, le train repart, la jeune fille commence à passer dans les rangs... Elle me présente une pétition "pour aider les sans-abri". Professionnellement concernée par cette juste cause, je regarde : "Nom, Prénom, Ville, Montant du don,  Signature", le tout sur une feuille imprimée, tout comme une vraie pétition.

Pas mal.

Le souci, c'est que « l'association d'aide aux sans-abri » n'existe pas. La demoiselle a-t-elle eu des scrupules à détourner les dons d'une de ces associations ayant pignon sur rue ? Mais après les petits papiers des sans-papiers, et les longs discours, les mafias de la mendicité des transports ont encore franchi une étape.

Même chez les sans-abri, y'a de la concurrence déloyale !

Commenter cet article

Frène 07/03/2008 18:01

Ben moi, j'ai déjà vu cela plusieurs fois, notamment sur la ligne Saint-Lazare que je prends tous les jours, ou dans le métro. Au début, je n'ai pas compris l'intérêt de la pratique, étant habitué à une forme de mendicité plus "directe", disons. Mais après avoir fait signer sa pétition la personne demande un don, et chacun sait qu'il est psychologiquement difficile de dire "non" après avoir déjà dit "oui" (j'ai lu dans un traité de manipulation mentale l'exemple d'un homme qui ne demandait une petite pièce qu'après avoir demandé l'heure à sa "victime").

Paléonora 19/12/2006 15:07

En effet, j'avais moi aussi vu apparaître ces nouvelles pratiques transiliennes au début de l'année 2006... Mais pas partout, bizarrement, essentiellement sur la ligne de la Verrière et plusieurs fois justement (quel hasard) à St Cloud. Y aurait-il un filon dans le coin ?En attendant, je n'ai jamais vu signer personne...

FilleAvril 15/12/2006 11:20

J'ai déjà vu ce genre de chose, mais il y a une vingtaine d'années (j'étais adolescente). Des gosses sonnaient aux portes et vendaient des photos du Pape "pour la croix rouge". Comme la croix-rouge n'est pas une association religieuse, forcément, ça nous a mis le doute...